renovenergie
Association engagée pour la réussite de la transition énergétique

Association engagée pour la réussite de la transition énergétique

Coénove est une association constituée autour d’acteurs clés de la filière gaz. Elle est engagée activement pour la réussite de la transition énergétique.

Accueil > Actualités > Toute l’actualité > Les Français et les économies d’énergies : quelles motivations (...)

Toute l’actualité

Les Français et les économies d’énergies : quelles motivations ?

juin 2015

A l’heure où la COP 21 approche à grand pas, de nombreuses études démontrent que l’environnement motive de moins en moins les français qui se désintéressent des problématiques liées aux enjeux environnementaux.

UN MOINDRE ENGAGEMENT
L’étude menée par la société de services en développement durable GreenFlex, en partenariat avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) (Juin 2015) montre que 19,3% des sondés pensent qu’agir pour l’environnement ne vaut la peine que si cela fait gagner de l’argent (contre 14% en 2014).

Les gestes respectueux de l’environnement sont motivés par le gain financier pour un nombre de personnes en augmentation d’une année sur l’autre. Si l’intérêt financier pour favoriser des gestes liés aux enjeux environnementaux est la motivation principale de certains français, cela peut malgré tout rester un levier d’action majeur pour convaincre les personnes les plus sceptiques.

PRÉOCCUPATION FINANCIÈRE PLUS QU’ÉCOLOGIQUE
Même constat concernant les dernières statistiques publiées par le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie en Avril dernier.

Malgré une forte prise de conscience des Français pour le changement climatique et la pollution de l’air (principales préoccupations citées en matière d’environnement), les ménages semblent moins enclins à agir et modifier leurs habitudes pour des raisons strictement écologiques.

Leur souci de maitrise de consommation d’énergie est principalement lié à la volonté de faire des économies financières.

En 2014, la sobriété des usages énergétiques semble d’abord relever d’une volonté des ménages de contrôler leur budget. Pour la troisième année consécutive, l’enquête montre que les Français concentrent leurs efforts sur les équipements les plus énergivores (chauffage, climatisation), au détriment d’autres pratiques sobres en énergie dont les gains potentiels sont plus difficiles à estimer, tant du point de vue financier qu’environnemental. Perçue comme un moyen efficace de limiter ses dépenses énergétiques, la régulation de la température du logement est ainsi une pratique dont la fréquence a augmenté (+ 6 points) entre 2009 et 2014. En 2014, près de trois Français sur quatre (73 %) affirment baisser « toujours » ou « souvent » le chauffage ou la climatisation afin de limiter leur consommation d’énergie. (pour plus de détails, consultez notre article Avis d’Expert "Les Français et la transition énergétique").

LES ÉCONOMIES D’ÉNERGIE POUR FINANCER DES TRAVAUX OU DES VACANCES ?
Le récent sondage Opinion Way pour Ista sur les « français et le chauffage » (publié le 4 Mai 2015) conforte cette idée.

HABITAT INDIVIDUEL
Malgré une certaine différence de perception en matière de chauffage (confort) un constat semble évident. Pour 85% des Français, surveiller sa consommation de chauffage a pour priorité de « faire du bien à son portefeuille », contre 14% seulement qui entendent d’abord « faire du bien à la planète ». Cela découle bien évidemment d’un contexte économique difficile et du coût élevé de l’énergie.

Selon ce sondage, plus de 8 Français sur 10 sont convaincus, en surveillant leur consommation de chauffage, de pouvoir économiser en moyenne plus de 142 €/an. La notion de pouvoir d’achat est donc très importante.

Un pouvoir d’achat d’ailleurs facilement redistribué : « 42% des Français (et même 1 sur 2 en maison individuelle) s’estiment prêts à surveiller leur consommation de chauffage en vue de financer des travaux d’économie d’énergie, alors que 33% utiliseraient ce gain de pouvoir d’achat pour augmenter leur budget vacances, 25% pour favoriser les sorties, 11% pour changer de voiture et 8% pour pouvoir dépenser plus pendant les soldes ».

HABITAT COLLECTIF
L’approche est un peu plus différente en habitat collectif. Les occupants se sentent un peu moins concernés. Toutefois, ils sont conscients que l’évolution de leur comportement (baisser leur chauffage par exemple lorsqu’ils sont absents), l’isolation des murs et le changement des fenêtres sont les trois mesures les plus efficaces pour réaliser d’importantes économies d’énergies.

Les Français estiment donc qu’ils « sont conscients des aspects liés à l’écologie et à l’environnement » mais souhaitent être pragmatique et maitre de leur pouvoir d’achat et de leur confort.

Alors que nous approchons de la conférence COP 21 et des enjeux climatiques et environnementaux, il reste encore beaucoup de pédagogie à faire au niveau des français : comme se rapprocher davantage de leur réalité pour pouvoir atteindre des objectifs ambitieux. Car finalement plus de 8 français sur 10 sont déjà prêts à surveiller leur consommation énergétique, en premier lieu pour faire des économies certes, et le reste pour « faire du bien à la planète ».

L’idéal serait de réussir le pari du rapprochement entre ces deux volontés.

Source :